La cité bleue
https://parmichelinetremblay.com/oeuvre/lacitebleue/

La cité bleue


Je la contemplais et l’envie soudaine de la toucher, de la respirer, de la goûter s’empara de moi sans retenue.

Une fine bruine chatouillait l’air de mille gouttelettes puis se déposait sans distinction par-ci par-là tout en transformant les couleurs du temps en lustre d’argent.

Du sol humide de rosée, un bouquet de dentelle fraîchement dégourdie déployait ses arômes et me conviait à sa délicieuse démonstration du début de matinée.

Je prêtais l’oreille au froissement des feuilles qui s’agitaient sur le rythme tranquille d’un matin ensoleillé et de la voix imperceptible de la ville se tirant d’un sommeil d’étoiles filantes dissimulé par son éclat de la nuit.

J’étais aux anges!

J’observais l’espace entre ciel et terre balayer d’ailes, de plumes et de branches s’entrecroisant sans contact comme ballet à la volée…

De mon cœur en valse s’élançait des entrechats involontaire…

Qu’elle est belle vue d’ici…

Qu’elle est belle la cité bleue!

MiCheline Tremblay

https://parmichelinetremblay.com/oeuvre/lacitebleue/

Pin It on Pinterest

Share This