La belle du Très Saint-Sacrement

L’église de mon cartier

Dès le premier rayon de soleil, le matin, la façade de l’Église du Très-Saint-Sacrement s’illumine et trace en moi un rayon de lumière. Je le sens me traverser et déployer sa couleur propre du moment, éclatante, vivante et à caractère unique. Je suis saisi par l’harmonie de cette rencontre matinale à chaque fois…

Aujourd’hui l’église ne chante plus, les cloches ont retenti pour la dernière fois le 1er septembre 2019. 

La rumeur va même jusqu’à raconter une sombre fin pour ce monument du cartier Saint-Sacrement.

Sans fidèles et clôturé son lustre est préservé, elle demeure intacte malgré tout… 
Dans mon cœur… 
Et son silence me berce d’un chant aux mille couleurs, un hymne à la lumière et à la beauté, un air de grandeur et de liberté.

Je l’ai photographié début novembre, il était 8h.
Le sol était recouvert d’une première neige et les feuilles des arbres l’entourant se refusaient de tomber pour la couronner de rouge, de jaune, d’ocre et de vert.
Le bleu du ciel était clair et l’auréolait d’une lueur d’or teinté d’une multitude de petits fragments scintillant.
Et son manteau blanc se couvrait de reflets turquoise à la lumière et de violet à l’ombre… 
Comment résister?
Elle m’a conquise, totalement…
LA BELLE DU TRÈS SAINT-SACREMENT

Pin It on Pinterest

Share This